Halloween test 3

Blabla
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Heisei # Défis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Messages : 55
Date d'inscription : 07/07/2013

Feuille de personnage
Crotte:
MessageSujet: Heisei # Défis   Sam 19 Juil - 19:46


Lakona, L'esprit libre

❝ L es hautes collines de Ling resplendissent au soleil. Encore une journée chaude, mais équilibrée par la légère brise fraîche provenant du Nord. Le noble rocher des Cherokee est comme tous les matins inondé de fleurs, notamment de la famille des Caryophyllaceaes, très présente dans la région. L’œillet est néanmoins prédominant au pied du protecteur orienté vers la vallée. Selon les dires du peuple Heisei, cette fleur est la favorite de Omwhaï, divinité à l’origine de leur subsistance. Symbole de l'amour envers le divin, les œillets sont cueillis en masse chaque matin, avant le levé du soleil (donnée importante).

Non loin de là au milieu des diverses demeures d’un genre nouveau, mêlant tipi et maison en terre, Lakona guète le ciel.  Ce matin, elle a participé à la « quête de l’Orange ». Elle aussi a cueilli des fleurs. En fait, cela fait au moins deux lunes qu’elle met la main à la pate, et non sans raison. Orange est l’esprit d’Omwhaï sur leur terre, la manifestation de leur unique Dieu. Il rode, masqué dans les pins, afin de protéger les Heisei des assauts ennemis (sait-on jamais, sa mère l’a menacé plusieurs fois de la céder aux terribles Sent-Des-Pieds si elle ne finissait pas sa soupe). Depuis ce jour elle avait proposé à ses camarades de former l’armée des « Loups-Courageux » pour combattre les Sent-Des-Pieds, pour combattre ceux qui terrorisent les jeunes âmes innocentes de leur clan. Cela avait commencé par quelque chose de simple : tailler des bouts de bois pour en faire des lances. Le résultat avait été assez … amusant. Mais une fois pointu le bout du conifère pouvait facilement crever l’œil des méchants ! Après tout, Lakona avait bien réussi à attraper un poisson avec ! De là, elle était devenue chef des Loups-Courageux. Jusqu’au jour où leur aventure tourna à la mésaventure : lors d’un entraînement sur la plus haute colline (histoire qu’Orange voit que ses petits fidèles avaient le sang guerrier !), le plus jeune de la troupe failli tomber dans le vide, sous les yeux de sa mère. Le Grand Conseil fut réuni, et des sanctions furent prises. De là, les Loups-Courageux furent dissous sur le moment, sous le regard sévère d’Omwhaï. Lakona fut dépossédée de ce qu’elle estimait être sa destiné, elle avait donné sa parole. Néanmoins l’ensemble de son peuple garda de l’animosité envers elle : Heisei, littéralement le « calme » et la « sérénité » … alors pourquoi cette gamine ne cessait d’influencer les bambins vers la voie de l’agitation et des aventures guerrières alors qu’Orange veillait sur eux ? C’est simple : le rêve.

Depuis toujours Lakona rêvait de combats, de sensations fortes … alors que son clan, son sang, se réfugiait dans la quiétude qu’offrait les colines. Non. Etait-ce pour cela que son père avait finalement disparu ? Un jour maman lui avait dit qu’il était parti, tout simplement. Où ? Parti à la chasse ? Auprès d’Omwhaï ? Elle ne le saura jamais. Mais aujourd’hui, elle savait au moins pourquoi. Pour fuir tout cela, pour vivre, tout simplement. Alors elle s’était pliée aux coutumes, d’une part dans l’espoir de rencontrer Orange, de l’autre pour satisfaire sa maman. Pour l’instant, elle n’avait atteint aucun des objectifs. Sa mère s’était désintéressée d’elle peut après le Grand Conseil. Non pas qu’elle ne l’aimait pas, non, elle était simplement fatiguée de toujours faire face à ses semblables.

Lassée d’attendre, Lakona prit le taureau par les cornes (ou l’oiseau par les plumes) et se rendit au petit ruisseau de l’Espoir. Les pieds dans l’eau fraîche, les fesses dans l’herbe et les mains pleines de terre, elle observe les quelques petits êtres vivants descendre le cour d’eau. Elle sait que dans quelques instants la douleur de ses pieds gelés viendra la sortir de ses pensées. Si tu savais, Lakona. Un caillou tomba droit dans l’eau. Comme ça, sans crier gare. Il peut pleuvoir des cailloux ? C’est possible ? Oui, les esprits veillent du ciel sur leur sang, alors pourquoi ne pourraient-ils pas balancer quelques cailloux de temps en temps, comme elle aimait le faire avec son papa ? En tout cas, cela fit relever le menton de la demoiselle, pour son bon plaisir. Droit devant elle, sur le rocher des Cherokee, une drôle de silhouette se dessine, comme posée sur le rock. Une forme avec de grandes ailes puissantes : Orange ?

Autant vous dire qu’elle n’a jamais couru aussi vite, la petite Heisei ! Finalement, le ciel veillait bien sur elle. Face à la petite fille se trouvait un magnifique volatile, d’une race qu’elle ne connaissait pas. Son plumage était doré, ses ailes déployées un bref instant lui permirent également de constater que ses rémiges étaient anormalement violacées. Le violet est signe de combativité depuis la nuit des temps. Alors sans réfléchir, Lakona laisse son esprit s’exprimer.

« ▬ Noble Orange, cela fait des mois que je prie Omwhaï de veiller sur toi, et de permettre notre rencontre. J’ai une requête à te faire. »

L’oiseau l’observa silencieusement, fier comme un pan. Ce mutisme était-il bon signe ? Devait-elle continuer ? Elle a du cranc, Lakona, elle n’a pas sa langue dans sa poche, alors …

« ▬ Mon peuple dit que tu voues ton existence à la protection des Heisei, et ce depuis ta naissance. Tu veilles à notre bien-être. Donc j’estime qu’il n’est pas trop osé de te demander si tu serais prêt à me conduire ailleurs, sur ton dos immense et solide. Vers des Terres différentes, explorer le monde et respirer, enfin ! »

Si un volatile pouvait rire, c’est sûrement à cela qu’il ressemblerait. Oui, visiblement Orange semblait se moquer de cette petite fille de la nature. Il approcha et la fixa avec jactance, puis il clôt ses yeux et envisagea de s’en prendre son envol. Cette réaction déclencha la colère de Lakona. Son dernier espoir, le serviteur de son Dieu … elle s’était cassé le dos à récolter toutes ces fleurs, sélectionnant toujours les plus vives et les cueillant à la base ! Non, il ne pouvait refuser ! Elle commença à pester, et la réaction de l’oiseau ne se fit pas attendre. Ses ailes s’agitèrent en direction de la petite Heisei, battant vigoureusement les bras tendus en bouclier, puis il quitta les lieux. Les pleurs résonnèrent contre le rocher toute la nuit durant.

Les plaies soignées et une sérieuse réprimande du Chef effectuées, Lakona retourna broyer du noir sur le lieu de la dispute de la veille. Elle se laissa tomber contre le rock de ses ancêtres d’il y a des millénaires, dans un soupir. Les nuages se déplaçaient avec vitesse, le vent s’était levé. Peut-être qu’il réussirait à punir Orange ? Elle laissa ses paupières tomber sur une dernière image du ciel. Ne jamais le sous-estimer. Alors qu’elle s’abandonnait au désespoir, les esprits eux ne semblaient pas l’abandonner. Quelque chose de doux vint se poser sur sa peau mâte. Une plume ? Oui, une plume des rémiges de l’horrible piaf ! Y avait-il un signe ? Il y a toujours un signe ! La réflexion ne dura pas longtemps, Lakona avait compris. Sans savoir d’où cela provenait, elle se mit à fabriquer un drôle d’élément que son père lui avait un jour dessiné du doigt dans la terre humide. Un jouet d’enfants du passé. Tout en agitant ses petites mains, quelques bouts de bois et des bouts d’étoffe récupérés dans un tipi abandonné, elle se souvenait. Papa avait raconté qu’autrefois les gens s’étaient fourvoyés en la technologie, au détriment de Mère Nature. Certains avaient trouvés le salut sur ces Terres, grâce à la bonté d’Omwhaï. Demain, elle se lancerait en quête de nouveau territoire, comme les dépravés l’avaient fait avec les collines du Sud.

L’animal avait-il eu un pré-sentiment ? Lakona n’en savait rien, mais Orange était là. Elle le toisa du regard, et agrippa les extrémités lisses de pin, avant de hisser l’objet au-dessus de sa tête, et de prendre son élan.

«  ▬ Aujourd’hui, je vis ! »

Et elle s’élança. Croyez-vous qu’un enfant puisse s’envoler sans chuter dans le vide à l’aide d’un simple cerf-volant ? Orange n’a pas bougé lui en tout cas. Elle s’était élancée vers l’avenir, vers son macadam.



Est-ce une légende ou une histoire tragique ? Je vais vous confier un secret : Lakona a trouvé son paradis sur Terre, au milieu des chevaux sauvages et des nuits à la belle étoile, loin des conflits Heisei. Pourquoi ne s’est-elle pas simplement écrasé ? Certains racontent qu’Orange se serait discrètement glissé au-dessus du cerf-volant pour le soutenir et permettre à l’enfant d’exaucer son vœu. Mais non, le cerf-volant l’a soutenu lui-même, contre le vent et la gravité. Car après tout ...



Qui peut se dresser contre les rêves d’un enfant ?
© Illustration par Fataliis sur Deviantart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://halloween-test3.forumactif.org
 

Heisei # Défis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Halloween test 3 :: Votre 1ère catégorie :: Loukoum :: Pouet 1-